ÉVÈNEMENTS À PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE

CONCERTS :

Mory KANTE
Le samedi 16 mars 2013 - Le Millénaire
77176 Savigny-le-Temple

Alpha BLONDY & the solar system
Mystic power tour 2013
Lundi 1er avril 2013 à 20h30 à l'Olympia

Djeli, Moussa CONDE
Le 6 avril à 20h30 au New Morning

EXPOS :

Design en Afrique
S'asseoir, se coucher et rêver
Exposition d'objets design et d'art traditionnel africain
Jusqu'au 14 juillet 2013, au musée Dapper, à Paris

Mounira Mitchala

Mounira Mitchala
vendredi 22 mars 2013 à 20h30
prix des places : de 7 à 20 euros
tarif normal : 20 euros, tarif - 26 ans : 9 euros,
tarif + 60 ans : 17 euros, tarif demandeurs d’emploi, groupes : 15 euros,
tarif abonné adulte : 13 euros, tarif abonné jeune public : 7 euros
locations par téléphone 01 48 72 94 94
à l’accueil de La Scène Watteau Place du Théâtre / Nogent-sur-Marne
FNAC Billetterie
www.theatreonline.com
www.billetreduc.com

La Scène Watteau / Place du Théâtre / Nogent-sur-Marne
face à la station RER E Nogent-Le Perreux
locations 01 48 72 94 94
comment venir à La Scène Watteau
Place du Théâtre (ancienne Place de l’Europe) / Nogent-sur-Marne
Autoroute A4 : au niveau de la Porte de Bercy en venant de Paris,
prendre la sortie n° 5 “Nogent-sur-Marne”, rester sur la voie de gauche.
La Scène Watteau est à 500 m de la sortie d’autoroute.
RER E : direction Villiers-sur-Marne, station : Nogent-Le Perreux.
Temps moyen du trajet Paris/Magenta - Nogent : 20 min.
La Scène Watteau est juste en face de la station.

La Scène Watteau est une scène conventionnée subventionnée par la Ville de Nogent-sur-Marne, la DRAC Ile-de-France, le Conseil général du Val-de-Marne et la Région Ile-de-France

Mounira Mitchala : Son prénom, Mounira, signifie en tchadien « l’illuminée, la radieuse » et son nom de scène, Mitchala, la « panthère douce ». Des mélodies fortes, une voix exceptionnelle, Mounira Mitchala appelle à la lutte contre l’avancée du désert, la réconciliation entre les Tchadiens et dénonce le mariage forcé. D’une beauté et d’une classe impressionnantes, elle a la distinction et la détermination d’une diva.

chant Mounira Mitchala - guitares Charles Kely - basse Julio Rakotonanahary - percussions Issa Dakuyo
batterie Emile Biayenda

Née à N'Djamena, Mounira, aînée d'une nombreuse fratrie, a passé une partie de son enfance en Allemagne, puis au Nigéria où elle a suivi son père, exilé durant la dictature de Hissène Habré, jusqu'au début des années 90, date de son retour au pays. Ce père enseignant en linguistique, lui a fait découvrir dans son enfance les musiques des différentes ethnies du Tchad, ainsi que le blues et le jazz américain dont il était amateur.

Elle fait des études de droit, devient greffière au tribunal de N'Djamena tout en commençant à faire du théâtre pour vaincre sa timidité puis à chanter : « d'abord en playback, puis, petit à petit, j'ai pris confiance en moi et j'ai utilisé ma vraie voix. Jusqu'en 2000 où j'ai composé ma première chanson et commencé à donner quelques concerts ». Dans un premier temps, elle intègre différents groupes locaux pour acquérir de l'expérience. Elle côtoie alors les artistes internationaux de passage à N'Djamena (Ismaël Lô, Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy, Oumou Sangaré). Elle participe au projet « African Divas », projet du DJ electro-world Fred Galliano. « Cela m'a permis de connaître d'autres styles, la musique électronique, le rap. Mais je préfère la tradition avec un peu de modernisme. Je chante en arabe tchadien qui est compris du Nord au Sud. Et je mélange les musiques traditionnelles et modernes en prenant des rythmes de tout le pays. Il existe 200 ethnies au Tchad et des richesses culturelles
extraordinaires. Dans mes chansons, je parle de la mise en valeur de ces cultures, car la musique éduque et peut contribuer à faire évoluer les mentalités. Il faut penser à l'avenir des générations futures et leur préparer un terrain de paix ».

Elle se forge ainsi un répertoire et se trouve une identité. Une amie française, professeur de chant, tombe sous le charme de sa voix, de son chant, mélodieux et lancinant qui la rapproche davantage des voix arabes que de celles du Sahel. Elle lui fait enregistrer une maquette qu'elle envoie au festival Musiques Métisses d'Angoulême. Elle y est invitée et, dans la foulée, elle enregistre son premier album « Talou Lena » qui lui ouvre les portes de l'international. Elle y chante des ballades claires sur l'unité de son pays, la paix au Darfour.
Elle chante aussi l'amour « celui d'une femme qui a réussi à épouser l'homme qu'elle aime, parce que chez nous, les mariages restent le plus souvent forcés ».

En décembre 2007, lors d'un concert mémorable dans le stade de Conakry, elle remporte le Prix Découvertes RFI, à l'unanimité d'un jury présidé par Salif Keita. Une reconnaissance qui a permis à Mounira de se faire connaître en Afrique, avant d'entamer une série de concerts en France et en Europe.

Mounira Mitchala envisage dès lors l'avenir avec deux mots d'ordre : détermination et plaisir. Au printemps 2011, elle enregistre à Paris, pour le label Lusafrica, son second album « Chili Houritki », (Prends ton indépendance), en compagnie de Camel Zekri à la réalisation et à la production artistique.

Les échos de la presse

Il faut l'avoir vue bouger, danser sur une scène pour prendre la mesure de sa présence féline et lumineuse... Elle abreuve, surtout, ses mélodies lancinantes au folklore tchadien, riche de quelque deux cents rythmes ethniques, du joyeux « guissess » à l'éthio-jazz soudanais.
Télérama Sortir

La voix de Mounira Mitchala est un instrument. Elle est souple et ronde à la fois. C’est le lien indispensable à ses yeux entre la tradition musicale de l’Afrique et la modernité.
France Inter

Inspirées du folklore de son pays natal, les mélodies lancinantes de son nouvel album, « Chili Houritki », font mouche.
Télérama

C’est un concert de louanges médiatiques qui suivit son premier disque, « Talou Lena » sur Marabi. Moins d’un an plus tard, celle qui gagna à l’unanimité du jury le prestigieux prix Découvertes RFI en 2007 est de retour. Au programme : des chansons originales qu’elle porte de sa voix terriblement accrocheuse, des mélopées traditionnelles du Sahel rehaussées d’arrangements détonants.
La Terrasse


Diyananko Artisanat d'Afrique
artisanat d'art
72 r Ménilmontant
75020 PARIS
Tél. : 01 43 66 06 26

Tribus d'Afrique
artisanat d'art
23 r La Condamine
75017 PARIS
Tél. : 01 44 70 98 12
Claude M’Fouilou, professeur diplômée d’Etat des métiers de la forme et coach sportive propose des cours de gym et d’Afrofit (un mélange de danse africaine et de fitness) depuis 10 ans. Ses cours de gym, en petit comité (environ 15 personnes), lui permettent d’assurer un accompagnement  personnalisé de chaque élève (correction des postures et travail individuel adaptés pour chaque mouvement demandé, etc.).
http://www.gazelliaforme.fr
Formation en danses afro caribéennes, atelier salsa Paris 3e
L'académie de danse Salsabor, basée à Paris 3, dispense des cours et des stages de formation en danses afro-caribéennes : salsa, mambo, cha cha cha, boléro, merengue, bachata, afro-cubain. Galeries de photos et des vidéos de salsa. Studio dans le quartier Beaubourg.
http://www.salsabor.fr
L'Esperluette : ateliers de danse africaine pour professionnels, cours de initiation à la danse africaine Paris 19e
L'association culturelle L'Esperluette (théâtre, ateliers, spectacles) propose dans son studio à Paris 19, avec la danseuse et chorégraphe Lucie Anceau, des ateliers et cours d'initiation à la danse africaine (rythmique, voix, percussions).
http://www.lesperluette-en-scene.com/danse-africaine.html
Addy Danse : cours et stage de danse africaine avec Addy Medjo
Informations sur la danseuse et chorégraphe africaine Addy Medjo et les cours et stages qu'elle propose à Paris et dans la région parisienne : danse africaine traditionnelle, street-jazz, hip-hop, stage de danse-thérapie en entreprise.
http://www.addydanse.com
African Music Hall : restaurant africain, café bar africain à Paris 19e, resto concert Paris, salle de spectacles
Restaurant, café et salle de spectacle situé dans le quartier de la Villette de Paris (25 et 27 avenue Corentin Cariou, Paris 19ème), African Music Hall est un restaurant africain, un lieu de dégustation de la cuisine moderne et traditionnelle africaine, sur place à midi et le soir, ou à emporter.
African Music Hall c'est aussi une salle de spectacles avec des dîners concerts aux sons de la musique et des rythmes afro. Réception de groupes et privatisation de la salle pour diverses occasions (mariage, cocktail, déjeuner de presse, conférence de presse, show-case, anniversaire, réunion d’affaires, séminaire...).
http://africanmusichall.com